L’Arc de Triomphe : zoom sur un important symbole historique

L’Arc de triomphe fait partie des monuments emblématiques de Paris. Il se situe au centre de la place Charles-de-Gaulle, anciennement appelée « place de l’Étoile », dans les 8e, 16e et 17e arrondissements de Paris, sur l’axe et à l’extrémité ouest de l’avenue des Champs-Élysées. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur ce chef-d’œuvre architectural.

Histoire du monument

La construction de l’Arc de triomphe a débuté en 1806 sous le règne de Napoléon Ier, et s’est achevée en 1836. L’empereur voulait honorer les soldats français victorieux de la bataille d’Austerlitz. Il s’est référé à l’accueil triomphal des soldats romains d’autrefois après chaque bataille remportée. L’édifice fait partie des monuments nationaux à forte connotation historique. Le 28 janvier 1921, la dépouille du soldat inconnu, mort pendant la Première Guerre mondiale, y a été inhumée. Deux ans plus tard, André Maginot, alors ministre de la Guerre, a entrepris l’installation « d’une flamme de souvenir » sur l’édifice, en mémoire des soldats morts durant la Première Guerre mondiale. Actuellement, les forces armées françaises défilent sous l’arc de triomphe chaque 14 juillet.

Détails des sculptures

La conception de l’Arc de triomphe a été placée sous la direction de l’architecte Jean-François Chalgrin. Celui-ci s’est inspiré de l’arc tétrapyle de Janus et de l’arc de Titus, à Rome. L’édifice s’élève à 49,54 m de hauteur. Il est large de 44,82 m et profond de 22,21 m. La grande voûte est à hauteur de 29,19 m avec une largeur de 14,62 m. La petite voûte mesure 18,68 m de haut et 8,44 m de large. Des piedroits se tiennent devant les façades principales, dont chaque registre adopte un style différent. L’architecture générale combine un style antique gréco-romain et le style du romantisme caractéristique du XIXe siècle, en France. Des scènes représentant les différentes étapes de l’histoire de France sont gravées sur les côtés de l’arc, dont une représentation de la bataille d’Austerlitz sur la face ouest, par Jean-François-Théodore Gechter.

Fait divers

Le 1er décembre 2018, l’Arc de triomphe a été victime de la mobilisation des gilets jaunes. Des manifestants ont dessiné des graffitis sur l’arc. La boutique au sommet a été pillée et la maquette du monument abîmée. Mais cela n’a pas régressé sa valeur historique. L’Arc de Triomphe sert actuellement de lieu de cérémonies nationales et d’expositions culturelles. Il compte plus d’un million de visiteurs chaque année. Et si vous comptez visiter ce monument prochainement, sachez que le prix d’entrée actuel est de 12 euros.

Petit trésor : faites une ballade à la Cité Berryer, un charmant passage piéton “royal”
Shopping mode et luxe : le 8ème et les plus grandes maisons françaises de l’élégance